Comité scientifique

Comité scientifique 

  • Stéphanie BÉLANGER  CMRC, Kingston, Canada   [voir bio]
  • Florence BINARD ICT, Paris Diderot, France  [voir bio]
  • James CHAPMAN  Leicester, Grande-Bretagne   [voir bio]
  • Corinne DAVID-IVES  ACE, Rennes 2, France   [voir bio]
  • Jeffrey DEMSKY  San Bernardino Valley College, CA, États-Unis   [voir bio]
  • Renée DICKASON  ACE, Rennes 2, France   [voir bio]
  • Susan FINDING  MIMMOC, Poitiers, France   [voir bio]
  • Anne-Laure FORTIN-TOURNÈS  3 LAM, Le Mans, France   [voir bio]
  • Matthew GRAVES  LERMA, Aix, France   [voir bio]
  • Hélène HARTER  CERHIO, Rennes 2, France   [voir bio]
  • Judith KEENE  Sydney, Australie   [voir bio]
  • Françoise KRÁL ERIBIA, Caen, France   [voir bio]
  • Delphine LEMONNIER-TEXIER  ACE, Rennes 2, France   [voir bio]
  • Daniel PALMIERI  CICR, Genève, Suisse   [voir bio]
  • Michael PARSONS  Pau et Pays de l’Adour, France   [voir bio]
  • Michel PRUM ICT, Paris Diderot, France   [voir bio]
  • Elizabeth RECHNIEWSKI  Sydney, Australie   [voir bio]
  • Gilles TEULIÉ LERMA, Aix, France   [voir bio]
  • Stephen WHITFIELD  Boston, Mass., États-Unis   [voir bio]

 

Brèves présentations

 

 
Stéphanie Bélanger

Stéphanie BÉLANGER

CMRC, Kingston, Canada

Stéphanie A.H. Bélanger, PhD,  est la directrice associée de l’Institut canadien de recherche sur la santé des militaires et des vétérans, la coéditrice de A new Coalition for a Challenging Battlefield (CDA Press, 2012) et Shaping the future (CDA Press 2011), ainsi que de Transforming traditions (CDA Press, 2010). Elle est Professeur des Universités Agrégée au Département d’études françaises du Collège militaire royal du Canada où ses recherches portent sur le témoignage guerrier et l’identité du soldat, ainsi que sur les théories de la guerre juste, sujet de sa monographie Guerre, sacrifices et persécutions (Paris: Éditions l’Harmattan, 2010). Chercheur actif, elle a co-présidé trois colloques et en codirige présentement un quatrième et un cinquième. Elle présente souvent des conférences nationales et internationales et a publié plusieurs articles et chapitres de livres révisés par les pairs. Elle est co-présidente du Membre Groupe consultatif en matière de défense pour les personnes handicapées, BFC Kingston, depuis 2010, et sert comme officier de logistique dans la réserve navale depuis 2004.

Remonter

 
[photo à insérer]

Florence BINARD

ICT, Paris Diderot, France

Florence Binard est Maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches. Elle enseigne la civilisation britannique et les études sur le genre à l’UFR EILA (Études Interculturelles en Langues appliquées) à l’Université Paris Diderot – Sorbonne Paris Cité. Elle est membre du laboratoire ICT (Identités, Cultures, Territoires) et elle est présidente de la SAGEF (Société Anglophone sur le Genre et les Femmes, http://sagef-gender.blogspot.fr/). Elle a publié plusieurs articles sur l’impact de la Première Guerre mondiale sur les femmes. Elle a co-dirigé Comment l'égalité vient aux femmes : Politique, droits et syndicalisme en Grande-Bretagne, aux États Unis et en France (2012), Genre(s) et transparence (2014) et Revisiter la Grande-Guerre (RFCB, printemps 2015). Elle est l’auteure d’un ouvrage intitulé Femmes et eugénisme en Grande-Bretagne à l'époque édouardienne et dans l'entre-deux-guerres: entre féminisme et anti-féminisme (à paraître en 2015).

 

Remonter

 
James Chapman

James CHAPMAN

Leicester, Grande-Bretagne

James Chapman, Professeur d’Études Filmiques à l’Université de Leicester, Grande-Bretagne, est rédacteur-en-chef de la revue Historical Journal of Film, Radio and Television. Ses travaux portent sur l’histoire du cinéma et de la télévision britanniques, les politiques culturelles des fictions populaires, la représentation de la guerre et de l’histoire dans les médias de masse. Il est l’auteur de The British at War: Cinema, State and Propaganda, 1939-1945 (Londres : I.B. Tauris, 1998), Licence To Thrill: A Cultural History of the James Bond Films (Londres : I.B. Tauris, 1999, 2nd edn 2007), Past and Present: National Identity and the British Historical Film (Londres : I.B. Tauris, 2005), Inside the Tardis: A Cultural History of 'Doctor Who' (Londres : I.B. Tauris, 2006, 2nd edn 2013), The New Film History: Sources, Methods, Approaches (Basingstoke : Palgrave Macmillan, 2007, co-dirigé avec Mark Glancy et Sue Harper), War and Film (Londres : Reaktion, 2008), Projecting Empire: Imperialism and Popular Cinema (Londres : I.B. Tauris, 2009, co-écrit avec Nicholas J. Cull), Projecting Tomorrow: Science Fiction and Popular Cinema (Londres : I.B. Tauris, 2013, co-écrit avec Nicholas J. Cull) et Film and History (Basingstoke : Palgrave Macmillan, 2013).

 Remonter

 
Corinne David-Ives

Corinne DAVID-IVES

ACE, Rennes 2, France

Corinne David-Ives est Maître de Conférences en anglais au département de Langues Etrangères Appliquées de Rennes 2. Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la civilisation du Commonwealth, avec un intérêt particulier pour la Nouvelle-Zélande. Elle se consacre aux politiques identitaires et à la place des peuples autochtones dans les anciennes colonies de peuplement britanniques, ainsi qu’aux stratégies mises en place sur le plan national et international par ces peuples eux-mêmes pour recouvrer leur autonomie. Elle a publié plusieurs études en France et à l’étranger sur les politiques de la réconciliation et la représentation des minorités autochtones.

 Remonter


Jeffrey Demsky

Jeffrey DEMSKY

San Bernardino Valley College, CA, États-Unis

Jeffrey Demsky enseigne actuellement l’histoire à San Bernardino Valley College (Californie, États-Unis). Ses recherches portent sur l’histoire culturelle et politique américaine, en particulier la sémiotique de la guerre et de la mémoire. Jeffrey Demsky s’intéresse à la façon dont les messages incorporés dans des objets publics, par exemple, les discours politiques, les films, les médias et les programmes de télévision changent avec le temps. Son travail explore la manière dont la nature éphémère de l’imagerie et de la rhétorique défie à la fois la constance des interprétations savantes et la commémoration sociale. Il est l’auteur de plusieurs études sur ces sujets aux États-Unis et à l’étranger. En 2012, il a publié un article dans la Revue LISA / LISA e-journal, « Quatre libertés pour tous : les agences d’information américaine et l’effort de médiatisation des crimes nazi contre l’humanité ».

Remonter

 Renée Dickason

Renée DICKASON

ACE, Rennes 2, France

Renée Dickason est actuellement Professeure à l’Université Européenne de Bretagne  Rennes 2 (France). Ses travaux portent sur l’histoire culturelle des îles Britanniques, en particulier sur les médias visuels et la représentation de la société britannique contemporaine à travers les fictions télévisuelles, la communication politique, les publicités gouvernementales. Elle s’intéresse au phénomène des mémoires de guerre et à la représentation du « réel » et à la construction de la réalité dans les fictions filmiques, les documentaires et les séries humoristiques. Elle a créé en 2003, dans le cadre des projets de la Maison de Recherche en Sciences Humaines de Caen (UMS 843 / CNRS), la Revue LISA/LISA e-journal hébergée sur le site de Revues.org (CLEO, CNRS, EHESS) et qui vient de rejoindre les Presses Universitaires de Rennes.

 Remonter

 
Susan Finding

Susan FINDING

MIMMOC, Poitiers, France

Susan Finding, Professeure de civilisation britannique à l’Université de Poitiers, a publié de nombreux articles dans le domaine de l’histoire sociale et politique de la Grande-Bretagne. Après des études d’histoire à l’Université de Sussex, elle a débuté dans le monde universitaire comme spécialiste de l’impact de la guerre 14-18 au niveau politique et social en France. Elle dirige l’EA 3812 MIMMOC et la FE2C (Fédération pour l’étude des civilisations ; FR 4227) qui réunit des civilisationnistes des universités du Grand-Ouest. Elle dirige le journal en ligne Mémoires, identités, marginalités dans le monde occidental contemporain, Cahiers du MIMMOCqui est hébergé par Revues.org.

 Remonter


Anne-Laure Fortin-Tournès

Anne-Laure FORTIN-TOURNÈS

3 LAM, Le Mans, France

Anne-Laure Fortin-Tournès est Professeure de littérature anglaise à l’Université du Maine (Le Mans). Ses intérêts de recherche portent sur la représentation de la violence dans la littérature anglaise. Elle a publié des ouvrages ainsi que des articles sur Martin Amis et le postmodernisme, sur les figures de la violence et sur la relation texte/image dans la fiction britannique. Ses projets de recherche se concentrent à présent sur la théorie du trauma.

 Remonter

 
Matthew Graves

Matthew GRAVES

LERMA, Aix, France

Matthew Graves est Maître de conférences en Civilisation des Iles britanniques et du Commonwealth à l’Université d’Aix-Marseille, chercheur au Musée de la Démocratie Australienne et membre de la Société Royale de Géographie. Son activité de recherche se situe au carrefour disciplinaire entre l’histoire transnationale et la géographie politique et il a consacré de nombreuses publications aux problématiques de l’espace, de la mémoire, et de l'identité dans les sociétés européennes et australienne des XIXe et XXe siècles. Ses dernières publications incluent « Histoires de l’oubli dans les mondes anglophones et francophones, XIXe-XXe siècles » (E-rea, Vol. 10.1 2012, co-dirigé avec Valérie André). Il est co-directeur de la collection « Sociétés contemporaines » aux Presses universitaires de Provence et co-organise le séminaire de recherche inter-universitaire « Géographies de la dislocation » (Aix-Marseille Université-Montpellier III). Il écrit actuellement une monographie sur la diplomatie commémorative.

 Remonter

 
Hélène Harter

Hélène HARTER

CERHIO, Rennes 2, France

Hélène Harter est Professeure d’histoire contemporaine à l’Université Rennes 2 et spécialiste de l’histoire des États-Unis et du Canada. L’histoire des guerres et des crises occupe une place importante dans ses recherches, en particulier celle de la Seconde Guerre mondiale. Au-delà des questions stratégiques, elle réfléchit sur l’influence des guerres sur les sociétés et sur l’impact des conflits sur les politiques publiques. Hélène Harter est notamment l’auteur de La civilisation américaine (en collaboration, Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », nouvelle édition 2006), L’Amérique en guerre : les villes pendant la Seconde Guerre mondiale (Galaade 2006), Pearl Harbor (Tallandier, collection L’histoire en batailles, 2011) et Les Présidents américains (en collaboration, Tallandier, 2012).

 Remonter

 
Judith Keene

Judith KEENE

Sydney, Australie

Judith Keene est Professeure associée au département d’Histoire de l’Université de Sydney (Australie). Ses recherches portent sur l’histoire culturelle des guerres du vingtième siècle, y compris l’art et le cinéma, et sur la formation de la mémoire, individuelle et collective. Elle a publié plusieurs livres et de nombreux articles sur la guerre civile espagnole et la Deuxième Guerre mondiale et écrit actuellement une histoire de la mémoire de la guerre de Corée. Elle est aussi membre d’une équipe de chercheurs qui a reçu une bourse du Conseil de Recherches Australien (ARC), pour un projet qui examine les usages transnationaux du passé depuis la fin de la Guerre froide. Voir http://judgingthepast.hypotheses.org/.

 Remonter

 
Francoise Kral

Françoise KRÁL

ERIBIA, Caen, France

Françoise Král est Professeure de Littérature britannique et d’études post-coloniales au département d’anglais de l’Université de Caen Basse-Normandie. Ses travaux ont paru dans The Journal of Post-colonial Writing, Commonwealth Essays and Studies, Gothic Studies et Tropismes. Elle est l’auteur de Critical Identities in Contemporary Anglophone Diasporic Literature (Basingstoke : Palgrave Macmillan, 2009), a dirigé le recueil de textes Re-presenting Otherness : Mapping the colonial ‘self’/Mapping the indigenous ‘other’ in the Literatures of Australia and New Zealand (Nanterre : Publidix, 2004) et co-dirigé avec Jean-Jacques Lecercle Architecture and Philosophy : New Perspectives on the Work of Arakawa and Gins (Amsterdam : Rodopi, 2011). Elle termine actuellement la rédaction d’un ouvrage sur l’invisibilité sociale et politique du sujet diasporique à paraître en 2016.

 Remonter


Delphine Lemonnier-Texier

Delphine LEMONNIER-TEXIER

ACE, Rennes 2, France

Delphine Lemonnier-Texier est ancienne élève de l’ENS de Fontenay-St Cloud. Elle est Maître de conférences en anglais (études shakespeariennes et théâtre anglophone) à l’université de Rennes 2 UEB. Elle est l’auteur de plusieurs articles et d’ouvrages collectifs sur les pièces de Shakespeare, ainsi que sur celles de Samuel Beckett. Ses recherches actuelles portent sur la notion de rôle et de personnage dans le théâtre de Shakespeare, ainsi que sur les adaptations contemporaines de Shakespeare en France. Elle travaille également sur les modalités de représentation de la violence et/ou de la guerre au théâtre, dans les pièces historiques de Shakespeare ainsi que sur un corpus britannique contemporain (elle a co-dirigé l’ouvrage L’esthétique de la trace. Ecriture, representation et mémoire chez Samuel Beckett, Rennes, PUR, 2012 et est l’auteur d’un article sur l’écriture théâtrale du traumatisme dans Seven Jewish Children de Caryl Churchill). Elle a co-traduit avec Nicolas Boileau l’ouvrage d’Aleks Sierz In-Yer-Face theatre: British Drama Today (Presses Universitaires de Rennes). Elle est co-directrice de collection aux Presses Universitaires de Rennes (collection « Interférences », collection « Didact anglais ») et directrice de la collection « Univers anglophones ».

 Remonter

 
Daniel Palmieri

Daniel PALMIERI

CICR, Genève, Suisse

Entré au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en 1994, Daniel Palmieri y est depuis 2002 le responsable de la recherche historique. Ses travaux portent sur l'histoire du CICR, et plus généralement de l'action humanitaire en temps de guerre, ainsi que sur l'histoire de la conflictualité armée. Membre de plusieurs conseils scientifiques historiques, dont celui du Mémorial de Rivesaltes, Daniel Palmieri est également co-fondateur du History of International Organizations Network (HION) qui regroupe près de 250 spécialistes mondiaux de l'histoire des organisations internationales.

 Remonter


Michael Parsons

Michael PARSONS

Pau et Pays de l’Adour, France

Michael Parsons est actuellement Professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (France). Ses travaux portent principalement sur l’histoire et la politique britanniques, avec une attention particulière, mais certainement pas exclusive, portée à la politique étrangère ainsi qu’à l’Empire et le Commonwealth. Il s’intéresse depuis longtemps à la guerre des Malouines qui constitue un objet d’étude inépuisable permettant d’aborder plusieurs thèmes parmi lesquels l’identité nationale, la représentation des conflits dans les médias et au cinéma et l’histoire diplomatique. Il est directeur d’une Fédération de recherche intitulée « Espaces, frontières, métissages ».

 Remonter

 
Michel Prum

Michel PRUM

Paris Diderot, France

Michel Prum est Professeur de civilisation britannique à l’université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité, et membre du laboratoire « Identités, Cultures, Territoires » (EA 337). Après une thèse et des articles consacrés aux premiers socialistes britanniques et à l’utopie, il s’est intéressé à la question de l’ethnicité et au darwinisme. En 1998, il a fondé à l’université Paris Diderot le GRER, Groupe de Recherche sur le Racisme et l’Eugénisme. Le GRER a depuis publié une vingtaine d’ouvrages collectifs sous sa direction et co-organisé plusieurs colloques internationaux en France et en Afrique. Michel Prum dirige chez L’Harmattan la collection « Racisme et Eugénisme ». Il s’est, par ailleurs, spécialisé dans la réception du darwinisme en France et coordonne chez Slatkine (Genève) une nouvelle traduction française des œuvres complètes de Darwin.

 Remonter

 
Elizabeth Rechniewski

Elizabeth RECHNIEWSKI

Sydney, Australie

Elizabeth Rechniewski est chercheuse honoraire à l’Ecole des Langues et des Cultures de l’Université de Sydney (Australie). Ses travaux portent sur le nationalisme et la construction de l’identité nationale et surtout sur le rôle de la commémoration et de la politique mémorielle dans la vie nationale en Australie et en France. Ces recherches se poursuivent en collaboration avec Dr. Matthew Graves (Université Aix-Marseille), une étude comparative de la topographie mémorielle en France et en Australie ayant donné lieu à plusieurs articles et à un numéro spécial du journal Portal (vol. 7,1, mars 2010): ‘Fields of Remembrance’. Un autre numéro co-édité dans ce journal, « Géographies identitaires » va paraître au milieu de l’année 2013. Elle est actuellement membre d’une équipe de cinq chercheurs qui étudient les retombées de la fin de la guerre froide sur les « guerres de mémoires » et les politiques et les pratiques de commémoration en Espagne, France, Indonésie et au Chili.

 Remonter

 
Gilles Teulié

Gilles TEULIÉ

LERMA, Aix, France

Gilles Teulié s’intéresse à l’Afrique du Sud, aux discours sur la guerre et à l’époque victorienne. Il est Professeur de civilisation britannique et du Commonwealth à l’Université Aix-Marseille. Il a publié Les Afrikaners et la guerre Anglo-Boer  1899-1902  Étude des cultures populaires et des mentalités en présence, aux éditions de l’Université Paul-Valéry- Montpellier III, en 2000. Il est l’éditeur de plusieurs ouvrages collectifs dont : Religious Writings and War (Carnets du Cerpac, no 3, Université de Montpellier III, 2006), Victorian Representations of War (Cahiers Victoriens et Édouardiens, no 66, octobre 2007), War Sermons,co-édité avec Laurence Sterritt (Cambridge Scholars Press, 2009), Healing South African Wounds, co-édité avec Mélanie Joseph-Vilain (Carnets du Cerpac, no 7, 2009, Presses Universitaires de la Méditerranée, Montpellier) et L’Afrique du Sud de Nouvelles identités ?,co-édité avec Marie-Claude Barbier, aux Presses Universitaires de Provence, 2010. Son laboratoire de rattachement est le LERMA (Université Aix-Marseille). Il est membre de la SEPC (Société d’Étude des Pays du Commonwealth), de la SFEVE (Société Française d’Études Victoriennes et Édouardiennes) et du GRER (Groupe de Recherche sur l’Eugénisme et le Racisme).

 Remonter

 
Whitfield

Stephen WHITFIELD

Boston, Mass., États-Unis

Stephen J. Whitfield est Professeur d’études américaines à l’Université de Brandeis (près de Boston). Ses recherches portent sur le croisement entre la politique et les idées aux États-Unis tout au long du vingtième siècle. Il a écrit deux études biographiques sur des intellectuels s’opposant à la guerre : Scott Nearing: Apostle of American Radicalism (1974) et A Critical American: The Politics of Dwight Macdonald (1984). Le Professeur Whitfield a aussi publié un livre qui examine comment la politique a influencé les arts et la pensée américaine dans les années cinquante : The Culture of the Cold War (1991, 1996). Parmi ses articles, figurent des analyses historiques de romans qui illuminent le destin militaire des États-Unis dans le contexte du Viêt-nam. Il a aussi enseigné en tant que professeur d’études américaines invité à Jérusalem, à Paris et à Munich.

 Remonter

 

Personnes connectées : 1